14/03/2021

Les SCPI et la crise du Covid

Guy Marty
Par Guy Marty

Pour les SCPI, comment s’est passée cette année avec le Covid ?

 

Le choc du confinement n’a épargné personne. Mais très vite, les sociétés de gestion de SCPI ont décidé de communiquer. Sur la façon dont leurs patrimoines étaient touchés par l’arrêt des activités, sur leurs perspectives pour l’année, sur leurs négociations éventuelles avec leurs locataires. Elles ont communiqué pour rassurer, sans doute, mais elles ont choisi de rassurer en donnant des informations précises, factuelles.

 

Cela a produit des effets ?

 

Le premier effet a été invisible, et pourtant considérable. Vous savez, avec le choc boursier, les gérants d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) ont subi la double peine : non seulement leurs portefeuilles ont baissé, mais en plus ils ont eu des retraits. Pas facile de gérer dans ces conditions ! Les SCPI, elles, n’ont pas du tout connu ce mouvement de retraits.

 

La collecte s’est tout de même arrêtée ?

 

Non. Elle a ralenti bien sûr, d’abord au deuxième trimestre, encore plus au troisième, et au quatrième elle est repartie vigoureusement, pour totaliser 6 milliards sur l’année, ce qui reste remarquable, la troisième meilleure année de leur histoire.

 

Comment vous expliquez cela ?

 

D’abord, les sociétés de gestion ont continué de communiquer. Elles ont affronté. Et puis, il y a un autre phénomène. Les réseaux de distribution, les conseillers en gestion de patrimoine, les plateformes internet, beaucoup de professionnels considèrent que les SCPI sont un bon placement long terme. Les SCPI ne sont pas des produits anonymes, il y a des gens qui les connaissent bien et qui les vendent, et qui accompagnent leurs clients. Et en plus elles sont très avancées en digital. Pour nombre d’entre elles, pratiquement tout peut se faire à distance.

 

Et finalement, les performances ?

 

La disparité entre SCPI est plus grande que d’habitude, naturellement certaines ont été plus touchées que d’autres, en particulier dans le commerce et l’hôtellerie. Mais le rendement moyen, toutes SCPI confondues, s’établit pour 2020 à 4,40 %. On verra la suite, les conditions économiques, et les conséquences sur les marchés immobiliers, ne sont pas un fleuve tranquille… mais le bilan de douze mois de Covid est à l’honneur et du produit, et de ses professionnels.