17/01/2021

Le logement d’urgence

Par Bernard Cadeau

Qui est ce grand oublié et pourquoi d’ailleurs oublié ?

 

Le logement d’urgence !

Il est celui que l’on oublie quasiment à chaque fois que l’on évoque le logement.

Et pourtant il fait partie de la chaine du logement.

Et pourtant, c’est même par lui que tout commence si l’on peut dire.

Et pourtant, à l’heure où nous nous parlons, ce dimanche matin, des milliers de personnes ont du mal à y accéder, ou pire, n’y ont pas accès du tout.

Et pourtant, chacun sait qu’après se nourrir, se loger est le second besoin vital de l’homme.

 

Comment réagir ?

 

Nous vivons un terrible paradoxe : une indignation sincère et honorable devant cette vision de femmes et d’hommes à la rue et « en même temps » une forme de résignation qui confine à la banalisation d’une situation subie et non choisie.

N’oublions pas qu’une société bien logée est une société apaisée et ça commence en ne laissant personne sur le bord de la route !

Ce logement d’urgence, il peut et doit être à la fois digne, de qualité, économique et intégré dans le tissu urbain échappant ainsi au phénomène de ghettoïsation.

Mais pour que ça marche, il doit être le prélude à un système intermédiaire, de type pension de famille, histoire que chacun se reconstruise, car on ne passe pas sans risque de la rue à un logement dit « traditionnel ».

 

La faute à qui et que faire ?

 

L’état et les collectivités font ce qu’ils peuvent mais ce n’est pas assez. Les associations et fondations caritatives font un boulot fantastique, mais elles ne peuvent pas tout.

 

Mon vœu pour 2021 : inventons un véhicule d’investissement spécial logement d’urgence, qui offrira sécurité des revenus et avantages à l’investisseur et tournons-nous vers les spécialistes pour en assurer la bonne gestion. Il n’y a rien d’utopique là-dedans et je suis disposé à échanger sur ce sujet avec qui voudra.