07/02/2021

Le crowdfunding immobilier

Guy Marty
Par Guy Marty

Une anecdote historique sur le crowdfunding immobilier ?

 

Figurez-vous que pour la construction des cathédrales, la richesse des évêques et de quelques grands de l’époque était loin de suffire. Il a donc fallu faire appel au peuple. En échange des sommes que les gens voulaient bien donner, la rentabilité qu’on proposait était en bonheur pour la vie éternelle. Un investissement assez particulier, mais un investissement quand même. Et dîtes-moi, la traduction de crowdfunding, c’est bien « financement par la foule », non ?

 

Les cathédrales, on est dans un immobilier un peu spécial non ?

 

Pour l’immense chantier de la reconstruction de Paris par le baron Haussmann, le financement par l’État n’était pas suffisant. Les frères Pereire eurent l’idée de lancer des sociétés pour acheter des terrains, les aménager, puis construire des immeubles et les conserver en gestion. Ils ont fait appel public à l’épargne. Par la Bourse, qui était la technique de financement de l’époque. Une foule d’investisseurs les ont suivis. C’était bien du financement immobilier par la multitude, donc du crowdfunding. C’est d’ailleurs l’origine des Foncières cotées d’aujourd’hui.

 

Moyen-Âge, 19ème siècle, vous avez plus récent ?

 

C’est à chaque fois une affaire de « nouvelles » techniques. Dans les années 60, la mode naissante était au marketing par coupon-réponse. C’est ainsi que sont nées les toutes premières SCPI, en s’adressant à la multitude des lecteurs de journaux. Crowdfunding immobilier.

Le financement par la foule est vieux comme la finance. Avec les nouvelles possibilités offertes par le numérique, il mute une nouvelle fois, et on lui donne le mot séduisant de crowdfunding.