24/11/2019

Les contrats d’assurance vie

Guy Marty
Par Guy Marty

On a dit que les français gardaient trop d’argent sur le livret A. Aujourd’hui ce sont les contrats d’assurance-vie en euros qui sont sur la sellette. Bref, il faudrait quitter les placements sûrs, peu rentables, pour des placements plus rentables à long terme et surtout plus utiles économiquement. Est-ce qu’il y a une façon simple de s’y retrouver parmi tous les placements disponibles ? Oui, il existe une carte des placements !

Sur cette carte, le premier territoire, ce sont les placements « contractuels » : par exemple le Livret A, ou le contrat d’assurance-vie dit « en euros ». C’est sécurisé, mais l’organisme qui donne la garantie prend évidemment des précautions. Il s’engage donc sur une rentabilité faible.

Il y a les placements à risque. Personne ne s’engage. Si par exemple vous achetez un appartement pour le mettre en location, sa valeur dans dix ou quinze ans dépendra du marché, et vous seul devrez assumer les travaux.

Dans le territoire des placements à risque, il y a deux grandes régions : l’immobilier et les entreprises.

–          L’immobilier peut se faire en direct – vous achetez un appartement ou une maison – ou par un fonds comme une SCPI ou un OPCI.

–          Les entreprises, cela veut dire surtout la Bourse, soit en direct, soit par un fonds, autrement dit un OPCVM.

Dans les placements contractuels, on choisit la sécurité, pas la rentabilité. Dans les placements à risque, la rentabilité a des chances d’être bien meilleure dans le temps, mais on prend le risque qu’il y ait des hauts et des bas en cours de route.

Mais le placement idéal, alliant tout à la fois sécurité parfaite et belle rentabilité, n’a pas encore été inventé !